Les Balad'eux au Hourdel

lesbaladeux - baie de somme -phoque -veau marin - guide nature - qualinat - plantes - flore - oiseau - insectes
Baie de Somme Le Hourdel paradis des phoques @lesbaladeux

Le Hourdel, hameau de la commune de Cayeux-sur-Mer, en bordure des bas-champs de Cayeux, situé à l'extrême sud de l'estuaire en plein cœur de la baie de Somme, offre certainement le point de vue le plus beau sur la Baie de Somme.

 

Il est l'un des trois ports de pêche de la baie aujourd'hui quelque peu délaissé en raison de l'ensablement de la baie de Somme.

Le hameau abrite le petit port depuis 1830, balisé par une tour blanche au haut vert de 18 mètre de haut qui autrefois marquait la pointe nord.

Le phare construit en 1833, détruit durant la dernière guerre mondiale a été reconstruit après la libération. Sa lampe à 19 mètre de haut porte de 9 à 12 milles nautiques. Il porte également une corne de brume à 3 tons.

Beaucoup de bateaux sont à présent au Tréport. Quelques pêcheurs continuent à approvisionner vacanciers et restaurateurs en crevettes grises, poissons plats et coquilles Saint-Jacques selon la saison.

Le Hourdel reste le lieu de départ ou d’arrivée des "sauterelliers", ces bateaux de pêche spécialement équipés pour pêcher la crevette grise ou "sauterelle", que l’on voit parfois amarrés aux bouées, faute d’un tirant d’eau trop important pour regagner le port.

C'est aussi un port de plaisance de 80 anneaux.

 

Le Hourdel est situé à quelques kilomètres de Saint-Valéry-sur-Somme. C’est un lieu connu pour l'observation des phoques de la baie de Somme ; la plus importante colonie de phoques Veau- marins en France.

A marée basse, la mer qui se retire à plus de 14 km de St Valery découvre 7200 hectares d’estran dont vous voyez la plus grande partie.

A marée basse, les phoques se regroupent sur les bancs de sable pour le repos. Les phoques sont visibles de 2 heures avant marée basse à 2 heures après. A marée montante, quand le flot atteint leur banc de sable, les phoques se mettent en position de « banane », tête et nageoires hors de l’eau. A marée haute : dans le port ou le long du rivage, on peut en apercevoir quelques uns : c’est le moment de la pêche.

Les lumières envoûtantes du site, souvent croquées par les peintres, y prennent toutes leurs qualités.

 

C'est un lieu incontournable de la visite des sites de la baie de Somme.

 

Le cordon de galets ou poulier (un poulier est un cordon littoral de galets qui se décolle de la côte pour donner une flèche littorale avançant en travers d'un estuaire et tendant à le rétrécir voire à le fermer), en prolongement du littoral, prend son expansion par le nord, modifie lentement le paysage de la baie et est probablement à l'initiative de l'ensablement progressif de son petit port.

Sous Louis XIV, le poulier s'arrêtait à la Mollière d'aval.

Le Hourdel rentre dans la baie : La distance séparant Ault de la pointe du Hourdel était de 10 km en 1640, de 15 km en 1736, de 16 km en 1835. De 1780 à 1800, la pointe de galets du Hourdel a progressé de 260 m vers le nord-est, puis de 160 m jusqu’en 1827, de 19 m jusqu’en 1832, de 24 m jusqu’en 1840. De 1882 à 1971, la pointe de galets a progressé en moyenne de 4 mètres par an vers le nord-est (+360 m).

 

Le galet est exploité par quatre usines.

De nombreux sites sont à visiter à proximité, et les balades et autres activités à faire en famille ne manquent pas.

 

Les galets littoraux proviennent des concrétions siliceuses contenues dans les falaises de craie de la Seine maritime et de la Picardie.

Sous l’action conjuguée de l’érosion maritime – vagues, courants marins -, de l’érosion continentale – pluie, gel, vent -, de l’érosion chimique, de l’érosion biologique, les rognons de silex libérés des falaises deviennent au fil du temps des galets roulés par les marées et courants jusqu’à l’embouchure de la Somme.

 

La société GSM à l'usine du Hourdel, située au sud de la Baie de Somme, traite les sables siliceux concassés produits par le site du Hourdel. Ces sables sont séchés et tamisés. La capacité de traitement du site est de 15.000 tonnes par an.

 

Les produits sont destinés à la fabrication de toiles et papiers abrasifs, utilisés pour la filtration des eaux, pour les travaux de sablage par voie humide, pour la réalisation de bétons, mortiers spéciaux et également dans l'aviculture.