Phoque marbré - Pusa hispida


baie de somme - qualinat - phoques - lesbaladeux - sortie nature
Phoque marbré

 

 

Le Phoque marbré (Pusa hispida) est le plus petit Phoque. C’est l'espèce la plus commune de l'Arctique. On le voit souvent au large de la côte septentrionale de l'Islande en hiver, dans la baie d’Hudson, la mer du Labrador, le nord du golfe du Saint-Laurent, la mer Baltique, la mer de Béring, la mer d’Okhotsk, l'île de Baffin, la baie James ainsi qu’au nord de la mer du Japon. Quelques individus isolés atteignent même les îles Britanniques et le Finistère. Le New Jersey aux États-Unis est l'endroit le plus au sud où on a observé des phoques annelés. Une population isolée vit dans la Baltique Dans l'hémisphère Nord, le phoque annelé est le plus abondant des pinnipèdes. Sa population est évaluée à 1,5 millions d'individus dans les eaux canadiennes.

Les Inuits surnomment le phoque annelé mâle le «tiggak».

Traits externes caractéristiques : Il ressemble au phoque commun : tête ronde; museau court et effilé; mais son cou est plus large. grands yeux bruns. Les traits de son visage sont fins.

Taille : 1,2 à 1,7 m (mâle 1,4 m en moyenne; femelle légèrement plus petite). Il est le plus petit des pinnipèdes.

Poids : mâle 68 kg (max. 113 kg); femelle un peu plus légère.

Coloration : Dos gris modéré à foncé parsemé régulièrement de taches foncées, encerclées d'anneaux gris; ventre argenté.

Habitat : Sur la terre, il est très méfiant, relevant régulièrement la tête pour surveiller les prédateurs.

Les adultes sont relativement sédentaires. Plusieurs demeurent au même endroit toute l'année.

En hiver et une bonne partie de l’année, il est principalement à l’abri sur la banquise côtière, certains fréquentent aussi la banquise ferme. Ce phoque vit généralement sous la glace et entretient une ouverture, cheminée d'accès à la surface pour venir s'oxygéner régulièrement, ou encore pour fuir un danger lorsqu'il est échoué sur la glace. Au fur et à mesure que la mer gèle, à l’aide de ses nageoires antérieures pour agiter l'eau et gratter la banquise en formation, il maintient ouvert un trou de 30 cm de diamètre qui deviendra un véritable puits lorsque la banquise atteindra son épaisseur maximale, jusqu'à 6 mètres. Cette ouverture lui servira de trou de respiration lorsqu'il est dans l'eau

En été, il utilise les glaces stables le long des côtes. Il se nourrit parfois au large, mais généralement près du rivage.

Habituellement solitaire, il tolère la présence d’autres individus le long de la banquise au moment de la mue en mai, mais défend agressivement son trou contre les intrus. Il plonge généralement pour 3 minutes (max. 17 minutes) et peut atteindre jusqu’à 340 m de profondeur. La densité des populations est généralement de 3,6 à 12,6 individus/km2 sur la banquise et de 1,8 individus/km2 à plus de 1,5 km du rivage.

Longévité : Elle serait d'environ 35 ans.

Alimentation : Le régime alimentaire varie selon l'âge de l'individu, la saison et la localisation. Il est principalement constitué de petits crustacés planctoniques (mysides, amphipodes et crevettes), aussi de saïdas francs et occasionnellement de chaboisseaux (petits poissons épineux).

La maturité sexuelle est atteinte vers 7 ans pour le mâle et 6 ans pour la femelle. À cette période, le mâle produit une odeur forte et âcre, probablement pour marquer son territoire et peut-être aussi contre les prédateurs.

Accouplement : au printemps, en avril-mai, environ 1 mois après la mise bas.

Gestation : La durée totale de la gestation est de 11 mois, incluant 9 mois de croissance utérine et 2 mois pour l'implantation différée (période durant laquelle l'embryon est en dormance).

Mise bas : Le phoque annelé donne naissance entre la mi-mars et la fin avril sur la terre ferme ou sur les glaces, selon la disponibilité des substrats. La femelle creuse à l’aide de ses membres antérieurs un abri (environ 3 m de long et 0,6 m de haut) dans la neige ou s’abrite dans une cavité déjà formée par l’amoncellement des glaces. Elle y accède par un trou sous la banquise. Le mâle utilise un abri semblable ou simplement un trou d’aération dans la glace. La reproduction est peu connue, mais aurait probablement lieu sous l’eau. Le mâle ne semble pas former de harem et pourrait difficilement défendre plusieurs femelles, puisque les abris de celles-ci sont assez distancés. Après une gestation de 11 mois, avec une implantation retardée d’environ 2 mois, la femelle met bas un petit chaque année à la fin mars ou avril dans son abri. Le nouveau-né au pelage blanc est peu développé, mesure environ 66 cm et pèse 4,5 kg. Il reste au gîte et y est allaité jusqu’à la rupture de la banquise en juin. La lactation dure de 5 à 7 semaines. Lors de ces deux mois, le blanchon va muer et perdre son lanugo pour acquérir un pelage imperméable gris et ainsi pouvoir aller dans l'eau. À ce moment, la femelle abandonne son jeune qui mesure environ 82 cm, pèse 18 kg et a un pelage uniformément gris.

Mue : annuelle durant environ 3 semaines suite à la reproduction pendant lesquelles le phoque reste sur la banquise, ainsi hors de l'eau les poils sont gardés au sec ce qui facilite leur chute.

Il jeûne lors de la reproduction et de la mue.

Prédateurs : l'ours polaire, grâce à son flair, arrive malgré tout à détecter les tanières et, sautant sur le dôme, l'effondre pour s'attaquer au jeune Phoque. Le requin du Groenland, l'orque, le renard arctique et l'homme (Il est effectivement chassé par les Inuits)

Plongée : Les adultes peuvent plonger jusqu'à 90 m de profondeur au moins. Ils pourraient atteindre 300 m. La durée maximale des apnées observées sur le terrain chez cette espèce est d'environ 17 à 20 minutes.