Le phoque Crabier - Lobodon Carcinophaga


baie de somme - qualinat - phoques - lesbaladeux - sortie nature
Phoque crabier (Photo : Samuel Blanc / www.sblanc.com)

Quand le phoque crabier (Lobodon carcinophaga) a été découvert, on pensait qu'il se nourrissait uniquement de crabes. Il conserva son nom initial même quand on s'aperçut que son alimentation se composait presque exclusivement de minuscules crevettes, le krill, qu'il filtre entre ses dents en nageant.
Le phoque crabier vit principalement sur les côtes de l'Antarctique. Cependant, les mois d'hiver il migre sur les rivages de l'Amérique du Sud, de l'Australie, de l'Afrique du Sud, de la Tasmanie, de la Nouvelle Zélande, et des diverses îles entourant l'Antarctique.
Ce phoque pèse de 200 à 300 kg. La couleur de sa robe varie en fonction des saisons. L'hiver, elle est brun foncé sur la partie dorsale avec une partie ventrale plus claire. Des tâches brunes plus foncées parsèment sa livrée.
Sa robe devient de plus en plus claire en approchant de l'été pour devenir blonde.
Les femelles sont légèrement plus grandes que les mâles.
En Antarctique, le phoque crabier se nourrit exclusivement de krill. Ces petites crevettes de 6 cm de long tout au plus sont récupérées par filtration de l'eau à l'aide de ses dents. Ces dernières sont munies d'arêtes particulières qui ne laissent que peu d'espace entre les dents supérieures et inférieures.
On peut l'observer en famille, sur des morceaux de banquise à la dérive. Les individus sont volontiers grégaires et souvent en trio familial.
On peut également observer de grands rassemblements de plusieurs centaines d'individus. Cependant, en général, ce phoque est assez solitaire.
A certaines périodes, le léopard de mer s'attaque aux jeunes phoques crabiers récemment sevrés.
Moins rapides que les manchots et complètement inexpérimentés, ils arrivent parfois à fuir la voracité de ce prédateur.
De nombreux phoques crabiers adultes portent encore sur les flancs les cicatrices issues d'une ancienne rencontre avec les canines du léopard de mer.
Sur le pourtour du continent antarctique, lorsque la mer dégèle au printemps, l'eau de surface se densifie et plonge vers les profondeurs, occasionnant un mouvement de remontée des eaux profondes, riches en sels minéraux et en azote.
Au rythme de l'élévation du Soleil sur l'horizon, les algues microscopiques trouvent les conditions idéales pour se développer très rapidement et seront la base de toute une chaîne alimentaire, favorisant notamment l'explosion de la population d'un petit crustacé herbivore : le krill.

L'alimentation comme le milieu a un impact sur le mode de reproduction. Des variations sur la maturité sexuelle ont été observées chez le phoque crabier. Avec la raréfaction des baleines à fanons dans les eaux antarctiques, les ressources alimentaires ont augmenté.
L'âge de la maturité des femelles est passé de 4 ans (1950) à 2,5 ans (1960).
La saison de reproduction se déroule d'octobre à décembre.
La femelle met au monde un seul petit. Un mâle qui n'est d'ailleurs pas forcement le père assure la protection de la mère et du jeune sur un petit espace sur la glace.
Le nouveau-né pèse à la naissance 20 kg en moyenne. Il grandit vite et prend environ 4 kg par jour les premières semaines. Il est sevré vers 3 semaines. La femelle a alors perdu jusqu'à 50% de son poids. Elle redevient réceptive peu après le sevrage. Les phoques crabiers atteignent leur maturité sexuelle entre 3 et 4 ans. Une femelle peut avoir des petits jusqu'à l'âge de 25 ans.
Volontiers agressif au moment de la naissance de ses petits, ce phoque n'hésite pas à s'attaquer à l'homme, au léopard de mer ou à ses congénères. Il atteint la vitesse record de 25 km/h sur la glace.

La chasse intensive de la baleine, grande consommatrice de krill, a permis au phoque crabier de se multiplier rapidement. C'est le phoque le plus répandu puisqu'on évalue sa population mondiale entre 15 et 40 millions d'individus.
Ce phoque habite des régions inhospitalières. Il y a donc peu de contacts entre lui et l'homme. La pêche intensive de krill par l'homme est une menace. Cependant, à ce jour, les populations sont stables.
Il est à noter que des corps de phoques crabiers momifiés ont été trouvés à plusieurs kilomètres de la mer, dans une vallée aride du continent antarctique.
Le phoque crabier, une des plus petites des quatre espèces de phoques vivant le long des côtes de l'Antarctique, est un animal svelte, souple, mesurant 2,7 m au maximum; il pèse jusqu'à 230 kg. En général, la femelle est légèrement plus grande que le mâle.
On l'appelle parfois phoque blanc, à cause de sa fourrure couleur crème, qui mue en janvier (mi-été dans l'hémisphère austral) en un brun grisâtre. Au cours de l'année, cette couleur pâlit et la fourrure redevient blanche.

J.B. Hombron et H. Jacquinot publièrent en 1842 sous le nom de Phoca carcinophaga un dessin de phoque d'après la peau et le crâne d'un individu collecté entre les îles Sandwich du Sud et Orcades du sud par les corvettes l'Astrolabe et la Zélée entre 1837 et 1840 sous le commandement de Dumont d'Urville. En 1853, H. Jacquinot et J. Pucheran publiaient une description du phoque crabier désigné sous le nom de Lobodon carcinophagus, car en 1844 Gray avait créé le genre Lobodon. Ce nom de genre provient du grec lobos : « lobe » et odus : « dent » en référence à la morphologie lobée de certaines de ces dents. Son nom spécifique provient également du grec karkinos signifiant « crabe » et phagein voulant dire « mangeur » car on croyait que ce pinnipède ne se nourrissait que de crabes, ce qui est totalement faux.

Cette espèce est fortement liée au pack. Il est très souvent hissé sur des glaces de mer à la dérive

Le phoque crabier est le plus abondant des pinnipèdes du monde. On estime sa population à 13 millions d'individus, ce qui représente un chiffre supérieur à l'ensemble des autres espèces de phoques. Sa répartition s'étend tout autour du continent antarctique. On le trouve en très grand nombre au cours de l'été austral à l'ouest de la péninsule (Terre de Graham) et dans la partie sud de la Mer de Ross. Il est signalé occasionnellement en Australie méridionale, Nouvelle Zélande, en Tasmanie, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud jusqu'à Rio de Janeiro.

A sa découverte, on pensait à tort que le phoque crabier se nourrissait de crabes. Il se nourrit en fait à 90% d'un autre crustacé : le krill. Il mange aussi du poisson, des calmars et autres invertébrés. Il est à signaler que le phoque crabier est une espèce clé dans l'écosystème marin de l'océan austral puisque depuis l'exploitation baleinière en Antarctique, il est devenu le principal consommateur de krill

Le phoque crabier est une espèce monogame. La femelle commence à s'accoupler à 3 ans, le mâle est mature entre 3 et 6 ans. La mise-bas a lieu principalement à la mi-octobre sur la glace dérivante au sein d'un territoire de 50 m de rayon défendu par le mâle. La période de lactation est très courte (4 semaines). L'accouplement a lieu au moment du sevrage, peut-être sur la glace.

L'âge maximum enregistré chez cette espèce est de 29 ans, mais on pense que la longévité pourrait atteindre au moins 35 ans. Les seuls prédateurs du phoque crabier sont les Léopards de mer et surtout les Orques. Il a été exploité lors de la campagne de chasse aux phoques des Norvégiens en 1964. Actuellement, le phoque crabier ne subit aucune exploitation humaine.

Le phoque crabier est un visiteur estival dans l'archipel de Pointe Géologie. La fréquence de ses visites est très dépendante de l'état de la glace. On en rencontre peu quand la glace est solide alors que le nombre d'observations peut atteindre la centaine en cas de débâcle précoce. Pendant les comptages d'octobre, plusieurs dizaines d'individus peuvent être observés (53 en octobre 2000, 87 en octobre 2005